Le Domaine des Dieux, God's own country

Publié le par Astia

Connaissez-vous une terre où les Dieux auraient élu domicile, un jardin d'Eden où il fait bon vivre? inde-hist-geo-0512.jpg

 

Elle existe, dans le sud-ouest de l'Inde. J'ai nommé le Kerala !

On y parle le malayalam, langue dravidienne, voisine du tamoul. C'est un état s'enorgueillissant de son  faible taux  d'illettrisme : moins de 1% avec une population qui  préserve ses traditions et ses beaux paysages. Les gens y sont simples et accueillants, conversant avec aisance en trois ou quatre langues inidennes sans oublier l'indispensable anglais.

La cuisine y est aussi luxuriante que la végétation. Des cocotiers s'alignent à perte de vue, généreusement chargés de leurs fruits. Tout est à base de coco : huile, plats, sucreries, produits de beauté, huile de massage, literies, boiseries.  Mais depuis quelques décennies, les plats, pour plaire au palais occidental, sont de moins en moins cuisinés à l'huile de coco. Pour l'authenticité, préférez les petits restos en bord de route qui gardent encore la saveur des plats tarditionnels du Kérala à ceux affichant des menus :  "continental cuisine".

Les jardins des épices vous ouvrent grandes leurs portes : là un cacaotier, un poivrier, un arbre à l'écorce magique, ici, des nids de fourmis, des nids d'abeille, des parfums sucrés et d'autres enivrants  nous envahissent au fur et à mesure que nous avançons dans cette riche végétation.

inde-hist-geo 0718Plus haut, les belles plantations de thé, bordant la sinuosité des routes sur des centaiens de kilomètres, offrent à nos yeux un paysage de carte postale. Seuls les barbelés nous défendent de nous y promener mais vous trouverez toujours un propriétaire qui aura la gentillesse de vous faire visiter son domaine.

Revenez sur la côte vous prélasser sur la plage, une étendue de sableinde-hist-geo 0769 blanc aux vagues bleues azur ou flânez sur le front de mer où les bateaux de pêche aux filets chinois sont accostés.

Vous êtes fatigués : profitez du savoir faire ayurvédique des masseurs locaux et refaites vous une santé avec leur forfait thérapeutique.

Pour fuir la circulation, prenez donc les kettouvalams, embarcationsinde-hist-geo-0439-copie-1.jpg traditionnelles, en bois et feuilles de palmiers, véritables appartements de luxe fottants avec, si vous le voulez, une croisière de quelques jours dans les belles mangroves du centre du pays, servis par un chef , rien que pour vous. Ou encore naviguez dans les canaux à bord d'un bateau à moteur pour admirer ce vaste paysage de terre et d'eau où viennent se reposer des oiseaux rares.

  L'architecture des maisons y est unique : que de belles villas ! Les boiseries, la particularité des poutrelles, des portes d'entrée, les toitures aux tuiles orangées, le bois de rose verni... d'un art inimitable.

inde-hist-geo 0287Le palais de Padmanabha ne ressemble en rien aux palais du Rajasthan. C'est une villa aux entrées basses, entièrement en bois précieux composée de plusieurs dépendances attenantes à la demeure royale.

Le temple hindou du même nom a fait la une des journaux l'an dernier avec la découverte d'un trésor en or et pierres précieuses d'une valeur de quelques milliards d'euros! Vous ne les verrez pas, mais c'est tout de même euphorisant de penser qu'un trésor est gardé juste au-dessous de vos pieds !

      Le Kérala est aussi la terre de Ganesh : là où les hommes peinent à éléphantcirculer, l'éléphant les y emmène. Il ne craint ni les ronces, ni la pluie ni la ville. Chaque éléphant porte un nom : Lakshmi, Babou, Ram... Des dieux au service de l'homme . Mais gare à leur colère si on les maltraite!

__Mohniattam___by_vinartrulz-copie-1.jpg

Les danses classiques du Kérala sont  le Katakali (littéralement, histoire dansée, danse classique qui raconte les épisodes des grandes épopées hindoues) et le Mohiniattam (qui signifie mouvements grâcieux de Mohini, déesse enchanteresse.)

Cette dernière danse s'apparente au Bharathanatyam mais la gestuelle est plus souple, le costume est souvent en soierie crème et or et les danseuses portent un chignon fleuri de jasmins sur le côté.

Le kathakali a la particularité de n'être interprété que par des hommesimages-1-copie-1 même si le personnage est féminin. Les danseurs maquillés au sourire figé évoluent avec leur superbe costume sur la scène, rappelant les gestes amples des lutteurs du kalaripayat.

 

inde-hist-geo 0597

Cet art martial sacralisé est ancestral : c'est un ballet de lutteurs qui maîtrisent leur  force et leur dextérité à manier divers armes à lames, des grosses chaînes et des boucliers.

  Mais je ne vous dis pas tout : allez découvrir cette région du sud de l'Inde, pleine de surprises et de beauté sensorielle !

 

Publié dans Articles récents

Commenter cet article

cecilia 14/03/2016 10:59

super ton blog ! je viens de le découvrir, puis je le mettre en link sur mon site d'agence de voyages? je prépare un voyage dans le sud de l'Inde et j'aimerais y ajouter tes infos

Gislaine 19/10/2012 20:32


Merci pour ce blog, le Kérala...ça fait envie !!!


Aussi je vais essayer les plats pour voyager en attendant d'y aller !

Astia 20/10/2012 03:25


Vanakkam Gislaine. J'espère bien que vous y ferez un petit tour très bientôt au Kérala. Combiner Tamil Nadu et Kérala ce serait l'idéal. Bonne visite sur le blog et je serai contente d'avoir des
retours sur mes recettes quand vous les aurez essayées.


M.Choquin 27/09/2012 17:57


Salut, pour ma troisieme année d'etude je voudrais aller en Inde, donc pendant 1 an, et j'avoue ne pas du tout savoir où aller... Nord ? Sud? bangalore ? New Delhi ? Madras? Bombai ?  Voila
les villes où mon école possède des partenariats universitaires. Pourrais-tu me dire si selon toi une region est plus facile à vivre pour une française (très très stereotypée occidentale ;
blonde, grande, yeux bleus)  ?  Desolée de te deranger... j'espere que tu pourras me donner un peu de ton temps. En te remerciant, Marine.

Astia 30/09/2012 08:34



Bonjour Marine, jignore dans quelle filière tu es inscrite mais je peux te dire que toutes les grandes villes indiennes accueillent très bien les étudiants étrangers. Et pour un premier séjour
estudiantin et une première approche très en douceur de ce pays, Pondichéry, ancien comptoir français, sera la ville la plus appropriée, en inde du sud, familière des étudiants français.